Qu’ont en commun l’église de Sainte Sophie sise à Istanbul et l’obélisque de Washington ?

Ces deux monuments possèdent une représentation artistique de la même personne:

Kazasker Mustafa Izzet Efendi.

Les immenses médaillons de bois représentants le nom d’Allah, du Prophète Muhammad (Paix et Bénédictions d’Allah sur lui), des califes Abubakr, Omar, Uthman et Ali ainsi qu’Hassan et Hussein, les fils d’Ali sont présents dans Sainte Sophie

Et la pierre sculptée ottomane, cadeau du Sultan Abdulmajid I qui est présente à l’intérieur du Washington National Monument.

En 1853, suite à l’invitation des Etats Unis d’Amérique, le Sultan Abdulmajid a fait envoyer une plaque de marbre qui est posé sur le Washington National Monument, afin d’établir une relation de concorde amicale entre les deux nations.

Le présent de l’Empire Ottoman fait partie d’un des plusieurs pays ayant désiré honorer George Washington. La Turquie fut une des premières nations à établir des relations commerciales avec les Etats Unis..

La plaque mesure 152.7 cm sur 83.9, elle porte la gravure du sceau du Sultan (Tugra) et une verset dit chronogramme (un verset dite chronogramme est une inscription où les valeurs de toutes les lettres sont égales à la date de commémoration de l’événement)

La plaque de marbre a été déposé au 17° étage du Monument. Le poème est écrit en style celi talik, qui est une calligraphie des plus difficiles et rarement utilisé de nos jours.

Ce poème écrit par Ahmet Sadık Ziver Paşa le fut à la demande du Sultan :

“En Témoignage d’une amitié éternelle,
le Han Abdülmecid Han a permis que son Honorable nom soit inscrit sur ce monument à Washington »

Le texte en turc ottoman :

Devam-ı hulleti te’yid içün Abdülmecid
Han’ın yazıldi nam-ı paki seng-i balaya
Vashinkton’da.

L’artiste, le calligraphe Kazasker Mustafa İzzet Efendi (1801-1876) a dit à propos des calligraphies :

Güzel yazılmış bir hattı okumak lalenin kokusunu almaya benzer.

Lire une belle calligraphie, c’est comme humer le parfum de la tulipe

 

Il subsiste des traces de feuilles dorées dans les coins hauts et droits, on peut supposer qu’avant que la plaque soit envoyée en Amérique, la calligraphie ainsi que les décorations du bas-relief étaient recouvertes de feuilles d’or.